Ils avaient un plan. Réaliser le braquage du siècle ou tout simplement celui qui leur permettrait d’être à l’abri du besoin. Nul ne peut dire qu’ils n’y avaient pas réfléchi, pesant le pour et le contre, repérant les lieux, méticuleux. Et puis un grain de sable, un imprévu, ou tout simplement la bêtise. Dans cette série d’article, nous allons vous faire revivre les braquages insolites, ceux qui ne se passent pas tout à fait comme espéré.

Avant l’heure, c’est pas l’heure…

15h, un samedi à Montignies-sur-Sambre, dans la région de Charleroi en Belgique. Didier voit débarquer dans son magasin six individus cagoulés. L’un deux – le chef imagine-t-il – s’approche et lui montre une arme coincée dans son jean, à la manière des films américains. Aussitôt, ses compères s’emparent des cigarettes électroniques en rayons. L’homme au gun intime à Didier de rester tranquille et d’ouvrir sa caisse. Dans le fond, les 5 brigands commencent à s’embrouiller.
– Prends pas ça, personne n’en veut, prend les trucs à la menthe.
– Ferme-là, c’est pas toi qui décide, je prend ce que je veux.
Le chef réitère sa demande. Didier, calmement, lui répond :
– On ne braque pas un magasin à 15h de l’après-midi. Vous allez prendre quoi ? 1000 € ? Je ferme à 18h30, là, vous aurez dix fois plus.

Avec les compliments de la maison

C’est le silence dans les rangs. Les oreilles se sont dressées, les gestes se sont suspendus.
De 1000 € à 10 000 €, il y a de quoi réfléchir, en effet. Le caïd hoche la tête plusieurs fois. Et prend une décision.
– Ok, on reviendra. D’ici là, pas de vagues.
Il tapote une dernière fois son arme à demi-cachée dans son jean et siffle ses comparses. Les 6 braqueurs quittent le magasin. Didier reste un temps, immobile, le temps pour lui de laisser la peur l’abandonner, de reprendre un rythme cardiaque régulier. Puis, respirant un grand coup, il décroche son téléphone.

A 18h30, les six braqueurs reviennent comme promis.
– Ta caisse ou la vie, lance le boss en montrant son arme dissimulée sous son tee-shirt.
Sauf que Didier n’est plus derrière le comptoir. A sa place, 6 policiers en civil l’ont remplacé et se sont placés stratégiquement dans le magasin. A peine sa phrase prononcée, le cerveau de l’opération est aussitôt ceinturé. Les cinq autres hurlent et s’enfuient, pistés par la maréchaussée belge.

Au final, cinq personnes seront arrêtées pour cette tentative, dont un mineur. Et Didier de conclure : « Je crois que je n’ai pas eu affaire à des lumières. »